Interior's,  Lifestyle

Jeunes & Propriétaires

Il y a environ 3 ans Alex me parle de son envie d’investir dans l’immobilier, d’avoir notre propre chez nous plutôt que de passer nos salaires dans une location. A l’époque je commençais ma vie professionnelle, je touchais mes premiers salaires et je n’avais pas du tout en tête d’économiser cet argent pour un futur achat. Je ne me sentais pas du tout prête pour un tel engagement et les responsabilités qui vont avec.

Lui voyait la chose autrement et souhaitait posséder son/notre propre appartement. Après en avoir longuement discuté, on décide de se laisser un an de réflexion, prendre le temps de mûrir sur l’engagement que cela demande autant financier que mental.

L’idée

Au bout d’un an Alex relance ce projet, et je dois dire que l’idée avait fait son chemin dans ma tête.Même si je n’étais pas sûr à 100% d’avoir envie de cet achat, j’étais prête à me projeter sur la recherche d’un bien commun. Alors pourquoi ne pas commencer à lister nos envies, nos besoins immobiliers et aussi faire quelques visites ?

Notre bien idéal comporte 2/3 pièces, une grande pièce de vie lumineuse, une cuisine spacieuse, salle de bain avec baignoire et le plus important les toilettes séparées ! Entre nous il faut le dire, c’est super important comme détail !

Avec un garage et une cave dans l’idéal. Et enfin, situé dans notre quartier chéri du 7e arrondissement lyonnais.

Mission impossible avec notre budget bien sûr ! Laissez nous rêver un peu.

Notre ancien appartement

Le temps des économies

Qui dit achat immobilier dit budget. C’est le moment où on fait les comptes. Qui met quoi? 50/50? Quel est notre apport? Comment faire des économies? Bye bye l’abonnement à la salle de sport et celui à la thé box. On a la chance d’être tous les deux salariés, ce qui facilite quand même beaucoup les choses auprès des banques.

Pour nous aider dans tout ça et monter un dossier solide, on a fait appel à un courtier. Franchement, c’est la meilleure décision qu’on ait prise durant cette aventure. Il nous a énormément aidé surtout dans les dernières semaines avant la signature finale, car nous avons eu pleins d’imprévus administratifs.

Visites, visites, visites !

Motivés par notre dossier financier on se lance dans les visites. La première semaine on en visite trois ou quatre. J’ai même un coup de cœur pour l’un d’entre eux (qu’on ne retiendra pas finalement). Les semaines s’enchaînent avec toujours plus de visites, certaines plutôt cocasses, comme dans cet appartement avec un énorme trou dans le mur (dû à un coup de poing apparemment) et où la salle de bain était entièrement recouverte de crépi noir… j’ai pris un fou rire devant l’agent immobilier qui me soutenait que c’était un appartement avec beaucoup de charme.

Le problème c’est qu’on n’était pas du tout en phase sur nos envies : moi je voulais le charme de l’ancien, un beau parquet, des hauteurs sous plafond et des boiseries, Alex lui préférait le récent et l’ultra moderne. Place au compromis : j’accepte un appart un peu plus récent à condition qu’il soit très lumineux et avec du parquet dans la pièce de vie. Lui, accepte d’abandonner l’idée d’acheter neuf et fait un gros effort sur les années de construction des biens que nous visitons.

Même avec nos ajustements la recherche du bien de nos rêves reste très longue et pleine de déceptions et de découragement. En mai, nous visitons un bien proposé par un particulier sur Leboncoin. Le quartier a l’air sympa, il y a un parc juste devant l’immeuble ainsi qu’un grand « potager partagé » juste trop joli. Avant même de rentrer dans le bâtiment nous sommes emballés par le cadre du quartier. Au moment où la porte de l’appartement s’ouvre, on découvre une grande pièce de vie baignée de lumière et au bout un grand balcon avec une vue dégagée sur Fourvière.

Gros coup de cœur ! Le bien est dans son jus, il faudra faire quelques travaux de décoration pour le remettre au gout du jour, mais rien de trop important. Il correspond exactement à ce que l’on veut : une grande pièce de vie ouverte sur une cuisine lumineuse, du parquet dans presque toutes les pièces, deux chambres et même une buanderie (trop pratique). Mais notre endroit préféré reste la terrasse. On se projette sur les barbecues à partager avec les copains, les petites plantations que l’on y aménagera et les soirées à profiter du coucher de soleil.

On ressort de la visite convaincus, cet appartement c’est le nôtre ! C’est parti pour rédiger une offre et le lendemain celle-ci est acceptée.

Cela nous a pris presque deux ans avant de trouver un bien qui nous plaise à tous les deux et c’est un coup de cœur commun ! Finalement, cela valait le coup de prendre notre temps, de visiter beaucoup de biens différents. Cela nous a permis d’affiner nos envies et de ne pas douter quand l’occasion s’est présentée à nous.

La course contre la montre

On signe le compromis de vente début juin. Nous aimerions faire la signature finale au plus tard début août. Le planning est très serré, car nos notaires sont en vacances en août. Nous avons déjà donné notre préavis sur notre location et nous avons prévu des travaux. En plus les banques mettent plus de temps à traiter les dossiers pendant la période estivale. C’est à ce moment-là que notre courtier est d’une grande aide (en même temps c’est son job).

La semaine de la signature est une vraie source de stress ! Nous envoyons le dossier de prêt signé le mardi, soit 10 jours avant le rendez-vous chez le notaire. Puis départ dans le Sud-Ouest pour quelques jours de vacances chez la famille d’Alex. Mais voilà, c’était sans compter les aléas de la poste … Notre dossier n’est jamais arrivé à destination. On était censé profiter et se détendre un peu avant de rentrer et faire les travaux dans notre nouvel appartement. Au lieu de ça, on a passé notre temps à la poste, au téléphone avec le courtier et la banque.

J’ai encore l’image en tête d’Alex, au sommet de la dune du Pilat, au téléphone avec notre courtier pour gérer ce contre-temps.

Le matin de la veille de la signature, un appel de la banque nous annonce qu’ils ont enfin reçu l’offre de prêt et qu’elle est validée. Il faut environ 24h pour débloquer les fonds et les transférer sur le compte du notaire. En début d’après midi, alors que nous sommes en route pour Lyon (depuis Bordeaux), la banque nous rappelle pour nous annoncer que notre notaire doit refaire un appel de fond. Celui préalablement fait n’est plus valide, à cause du retard pris. À ce moment là, on se dit que c’est une blague ! Il faut vraiment que l’on travaille sur notre karma.

Il faut savoir que nous sommes sur une aire d’autoroute vide en Corrèze avec peu de réseau, quand nous découvrons que notre notaire ne travaille pas le mercredi après midi ! Impossible de le contacter pour qu’il relance l’appelle de fond.

Là, on se dit que c’est foutu pour récupérer les clefs le lendemain, la signature finale sera surement reportée à septembre.

Notre super courtier nous sauve la mise (encore une fois) et négocie avec la banque pour que le transfert de fonds ait bien lieu. Franchement, quand je vous dis que c’est le meilleur investissement qu’on ait fait ce n’est pas une blague !

Nous avons finalement pu signer et récupérer les clefs de notre premier achat à la date que nous avions convenu.

Avec quelques travaux de peinture on rafraîchis le salon .

Les premières heures dans l’appartement

C’est un sentiment assez étrange que l’on ressent, de la joie bien sûr mais aussi beaucoup d’excitation, on se projette sur les aménagements et la déco. On peu faire autant de trous dans les murs que l’on veut (ba oui c’est les nôtres maintenant !) Et en même temps on reçoit les dates des prochaines assemblées de copropriété, pas super fun comme soirées.

Etre jeune propriétaires c’est la liberté au sein de ton habitation, une grande toile blanche, enfin surtout du vieux papier peint beige pour nous, mais on va y remédier. C’est aussi beaucoup de dépenses : c’est là où tu découvres que faire mettre ton nom dans l’interphone va te coûter 25€. Sérieusement ?! On va y trouver notre équilibre, on imagine très bien nos dix prochaines années ici.

Malgré mes réticences à me lancer dans l’aventure immobilière à 25 ans, je suis contente d’avoir mené à bien ce projet avec Alex.

C’est vrai, on aurait pu continuer à louer et mettre notre argent dans plus de sorties, de voyages ou encore dans des achats futiles. On aime bien se lancer dans des projets à long terme et celui nous permets de placer notre argent dans quelque choses qui compte pour nous. Et pour ce qui est de nos voyages, on se laisse quelques mois pour renflouer la cagnotte, mais on connait déjà la future destination… Devinez !

One Comment

  • Caaaaam

    J’ai ri à ton article! Surement que sur le coup toutes ces galères ont pas du être faciles mais au moins vous en riez maintenant ahah !
    J’ai hâte de voir votre nouveau chez vous!!!

    Ton article est top! Continue comme ca Jero <3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *